connexion

Les degrés en musique

facebook twitter google plus mail imprimer

Un morceau est très souvent constitué d'une trame harmonique, une "grille" d'accords. Chacun des accords a en plus de sa couleur un rôle. On appelle ce rôle "degré".

Pour comprendre cette page dans son intégralité, il est préférable d'avoir compris la page Harmonisation de Do majeur.

La référence : la gamme majeure

Le chiffrage des degrés se fait en référence à la gamme majeure. Voici les degrés de la gamme de Do majeur. Les degrés sont les numéros en chiffres romains.

Fondamentales des degrés (en Do majeur)
Fondamentales des degrés (en Do majeur)

Si je parle de la gamme majeure comme référence, c'est que les degrés non présents dans cette gamme seront précédés d'une altération. Chaque groupe de deux notes dans un carré bleu représentent le même son.

Fondamentales des degrés chromatiques
Fondamentales des degrés chromatiques

Pour l'instant ce ne sont que des notes, mais ces notes "porteront" bientôt des accords. Elles en seront les fondamentales. Une image pour y voir plus clair.

Degrés de Do majeur
Degrés de Do majeur

Vous voyez, les notes sont devenues des fondamentales. Ne cherchez pas à comprendre pourquoi j'ai empilé ces notes et pas d'autres notes, mais sachez que je ne l'ai pas fais "au pif". Vous comprendrez tous ça à la section Harmonisation de Do M, mais pour l'instant finissons cette partie.

Les accords que j'ai écris sont les suivants.

Degrés de Do majeur : les accords
Degrés de Do majeur : les accords
Le dégré I d'une gamme, c'est l'accord qui a pour fondamentale la première note de cette gamme.
Le dégré II d'une gamme, c'est l'accord qui a pour fondamentale la deuxième note de cette gamme.
Le dégré III d'une gamme, c'est l'accord qui a pour fondamentale la troisième note de cette gamme. etc...

"Accords VS degrés" ou "de la puissance des degrés"

Pourquoi les degrés sont-ils si super-tip-top ? (ou plutôt super-pratiques) ?

La tonalité d'un morceau représente un cadre harmonique bien défini. Le rôle de tous les accords au sein de ce cadre harmonique peut être codifié via les degrés.

Donnons un exemple concret. Dans un morceau dont la tonalité est Do majeur, l'accord Dm aura une certaine fonction. Dans un morceau dont la tonalité est Ré majeur, c'est l'accord Em qui aura la même fonction. Dans un morceau dont la tonalité est Mi majeur, c'est l'accord F#m qui aura la même fonction. etc... Pour codifier la fonction de cette accord, on l'apelle "degré II". Ainsi, quelque soit la tonalité du morceau, la fonction de l'accord sera toujours le "degré II".

Mais où veux-tu en venir ?

Les degrés ont un intérêt certain. Il existe 12 tonalités, donc un morceau peut être transposé dans 12 tonalités différentes. Une grille qui contient des chiffrages de degrés uniquement (donc pas de nom d'accords) pourra être jouée dans n'importe quelle tonalité (si on sait trouver les accords à partir des degrés écrits). En revanche, si on veut transposer une grille d'accords, on doit analyser la grille (calculer les degrés) PUIS en déduire les nouveaux accords à partir des degrés calculés, ce qui est plus difficile. Prenons un exemple.

Voici une grille d'accords plutôt simple.

DBmGA

Supposons que vous vouliez chanter sur ce morceau, mais la mélodie est trop aigüe. Il faut donc transposer la grille, c'est à dire transposer tous les accords, suffisamment pour que votre voix soit à l'aise, par exemple une quinte en-dessous si la chanson est trop aigüe pour vous.

Voici la même grille en degrés.

IVIIVV

Cette grille peut être jouée dans toutes les tonalités. Par exemple, si vous la jouez avec C comme premier accord, cette grille donnera cela.

CAmFG

Avec G, la grille donnera ça.

GEmCD

La difficulté réside donc dans la connaissance de la qualité des accords en fonctions des degrés. Par exemple, savoir que le degrés VI est mineur. Et ça n'est pas si difficile, il suffit juste de les apprendre.

Autre exemple : La grille de blues

La grille de blues est souvent expliquée avec des degrés. Cela s'explique simplement : les blues peuvent être joués dans toutes les tonalités, la grille reste la même. Par exemple, voici un blues en Do.

C7C7C7C7
F7F7C7C7
G7F7C7G7

Et en musique, s'il vous plait !

Maintenant, un blues en Mi bémol.

Eb7Eb7Eb7Eb7
Ab7Ab7Eb7Eb7
Bb7Ab7Eb7Bb7

En musique.

Maintenant, la notation avec les degrés.

I7I7I7I7
IV7IV7I7I7
V7IV7I7V7

C'est le premier accord qui donne le nom de la tonalité du blues.

Ce n'est pas une tonalité au sens classique du terme. Un blues en Do n'est pas en Do majeur : c'est un "blues en Do". Cette expression n'a aucun sens si on l'analyse avec un point de vue "gamme majeure".
Le mieux bien sûr, c'est de noter une grille en notant les accords mais également les degrés, au cas où vous deviez le transposer, ou si un instrument transpositeur (trompette, saxophone) lisait la grille avec vous. Mettre des degrés sur les accords d'une grille permet aussi de mieux la comprendre.

Quelques grilles connues chiffrées

Voici quelques grilles que vous connaissez certainement ou que vous serez amenés à connaître. Elle sont chiffrées, c'est à dire qu'elles sont notées avec les degrés. Entrainez-vous à les jouer dans d'autres tonalités.

I'm Yours - Jason Mraz (capo 4)

GDEmC
IVVIIV

Good Gone Girl - Mika

Couplet

GCAmDsus4 - D
IIVIIVsus4 - V
GCEmA - D
IIVVIIIM - V
facebook twitter google plus mail imprimer

Haut de page

© 2009-2018
Creative Commons License
CGV
Dernière mise à jour : Samedi 1er décembre 2018