connexion

L'accompagnement à la Joe Pass : comping + walking bass

facebook twitter google plus mail imprimer

Dans cette page je vais vous proposer une façon d'aborder le jeu en "ligne de basse + comping" qu'on appelle parfois "jeu à la Joe Pass" en référence à la technique qu'il utilisait pour accompagner Ella Fitzgerald. Joe Pass n'utilisait pas cette technique "comping+ligne de basse" en permanence, il la réservait pour certains passages ou certains tempi (That Old Feeling, Slow Boat to China, You took advantage of me...). Voici ce que ça peut donner.

Une version de Joe Pass avec Ella Fitzgerald, puis de moi (duo Hélène & Martin) :

Courant 2017 et 2018 des vidéos pédagogiques sur ce sujet seront publiées sur ce site, donc restez connecté.

Voici le plan de cette page.

La ligne de basse

L'accompagnement à la Joe Pass est parfait pour accompagner chanteurs, solistes... Et ce qui tient vraiment la pulsation et le swing du morceau c'est la ligne de basse. Elle doit être la plus proche possible du son des contrebassistes.

Pour cela, quelques suggestions. L'attaque doit être faite au pouce (son doux) et l'attaque franche, pour simuler le pizzicato de la contrebasse. Le son de chaque note doit être tenu jusqu'à la note d'après, donc ne pas être relâché à la main gauche. Et enfin, si on veut accentuer l'effet "contrebasse" on peut étouffer légèrement les cordes graves avec la paume de la main droite. Rien que ça.

Voilà le son que ça doit donner.

Une walking bass à la guitare
Une walking bass à la guitare

Maintenant parlons des notes ! Quand on n'est pas bassiste on ne sait pas vraiment quelques notes choisir pour nos lignes de basse. Pourtant en principe c'est assez simple : il faut faire de belles mélodies en utilisant les notes des accords (arpèges) aux moments importants, en début de mesure notamment.

Pour travailler ça nous allons prendre un Gm7. Voici une ligne de basse possible.

Walking bass sur Gm7
Walking bass sur Gm7

Le plus important dans toutes ces infos que je viens de vous donner c'est le son que vous aurez avec cette ligne de basse et pas tant les notes. Si votre ligne de basse a un bon "drive" donc un bon son et une parfaite régularité le morceau va "avancer" et c'est ça le plus important, peu importe les notes.

Pour travailler nos lignes de basse, l'idéal serait d'être accompagné par un petit riff et un léger clic de métronome. Ça tombe bien, j'ai fait ça tout spécialement pour vous ! Le fichier est disponible juste là et même téléchargeable au cas où vous souhaitiez le mettre en boucle (clic droit puis "enregistrer la cible du lien sous").

Riff sur Gm7
Riff sur Gm7
telecharger

Voici un exemple de ligne de basse sur ce riff (son non étouffé cette fois-ci pour changer de timbre et aussi simplifier un peu).

ligne de basse + riff (Gm7)
ligne de basse + riff (Gm7)
Le rôle principal du contrebassiste en jazz, c'est de "driver" le morceau et c'est ce qu'on essaie de faire avec nos lignes de basses. Quand Joe Pass utilise cette technique, on sent que l'énergie monte d'un cran (un peu comme quand on passe une vitesse en moto). Si vous souhaitez avoir encore plus d'infos sur le choix des notes et les walking bass en général, il y a une page qui parle exclusivement de ce sujet, c'est Le jazz : la walking bass. Voilà. Vous n'avez plus d'excuse.

Le comping

Rajoutons du comping à cette ligne de basse. Le comping c'est un accompagnement improvisé rythmiquement et joué par les pianistes ou guitaristes pour faire sonner les accords du morceau.

Comme jouer basse + comping sera techniquement difficile, on va surtout chercher à faire des rythmes efficaces et pas trop compliqués. Et ça tombe bien, il y en a plein en jazz !

En voici un premier :

rythme de comping
rythme de comping

Le premier son est tenu longtemps, et le deuxième est piqué (non tenu). Maintenant, avec la ligne de basse.

Basse + comping
Basse + comping

Ca, c'est le gros du travail. Remarquez que les phrasés des compings et walking bass sont différents et c'est d'ailleurs ça qui fait que ça sonne bien : on a presque l'impression qu'il y a deux instruments. Prenez le temps de décomposer le mouvement, lentement comme ci-dessous.

Basse + comping (lentement)
Basse + comping (lentement)

Le premier son du Gm7 doit être tenu et résonner longtemps. Il est joué en même temps que la première note de la ligne de basse, et résonne encore lorsqu'on joue la deuxième. Ensuite, le deuxième Gm7 est piqué. On piquera les aigües en reposant les doigts de la main droite sur les corde, pour les taire. Si on faisait ça en relâchant la pression à la main gauche on perdrait aussi la résonance de la basse (dans les cas où c'est le même doigt qui joue basse et comping avec un barré).

C'est un exercice très difficile, donc pas de panique si ça prend du temps, c'est normal.

Voici 4 rythmes que je trouve simples et efficaces pour le comping. Celui qu'on a travaillé est le 4ème (et celui du riff plus haut le 3ème).

Rythme de comping 1
Rythme de comping 1
Rythme de comping 2
Rythme de comping 2
Rythme de comping 3
Rythme de comping 3
Rythme de comping 4
Rythme de comping 4

C'est à vous de passer du temps à essayer de jouer ces compings en même temps que des lignes de basse. C'est d'ailleurs quelque chose que je ferai bien plus en détail dans les vidéos qui sortiront sur ce sujet.

Voici des exemples de ces compings avec des lignes de basse diverses. Le premier est le plus simple.

Basse + Rythme de comping 1
Basse + Rythme de comping 1
Basse + Rythme de comping 2
Basse + Rythme de comping 2
Basse + Rythme de comping 3
Basse + Rythme de comping 3
Basse + Rythme de comping 4
Basse + Rythme de comping 4

Quoi jouer sur quel accord ?

Il ne faut pas chercher très loin : on va jouer les notes importantes des accords pour le comping (tierce + septième avec éventuellement 1 enrichissement) et la fondamentale sur le premier temps à la basse. Voici des exemples sur diverses cadences.

Gm7 C7 FMaj7 D7 (anatole)
Gm7 C7 FMaj7 D7 (anatole)
Dm7 G7 CMaj7 (II V I majeur)
Dm7 G7 CMaj7 (II V I majeur)
Am7b5 D7 Gm6 (II V I mineur)
Am7b5 D7 Gm6 (II V I mineur)

Le choix des enrichissements se fera en fonction de la qualité des accords (7, m7, Maj7...) et de leur rôle ou de la "fonction" (accord 7 qui résout un demi-ton plus bas ? Une quinte plus bas ?). Je ne détaille pas ça ici car j'en parle dans la quasi-totalité des vidéos et pages du site qui parlent de jazz, soit en évoquant les modes/gammes qu'on utilisera en improvisation soit en parlant en termes de "9ème, 11ème et 13ème" dans les accords.

Lorsqu'on joue dans ce style, la facilité des doigtés qu'on utilise est un paramètre essentiel : on va tout faire pour choisir des positions d'accords faciles à jouer et qui nous laissent des doigts libres pour faire les lignes de basse, comme c'est le cas dans les exemples ci-dessus. On va même parfois modifier légèrement les qualités des accords pour en faciliter les doigtés.

Aussi, pour que la grille sonne il faut absolument faire entendre les accords lorsqu'ils changent et ne jamais lâcher le drive de la basse. Remarquez que pour l'exemple ci-dessus Dm7 G7 CMaj7, je ne fais entendre le CMaj7 que brièvement sans le rejouer ensuite, et ça ne gêne pas.

Les variations dans l'accompagnement

Si vous faites ces exercices (et ceux qui viennent plus bas) un peu sérieusement vous allez commencer à maitriser cette technique et indubitablement faire sonner ça à votre manière, avec votre patte personnelle. Et ça c'est chouette, évidemment.

Certes c'est chouette mais il ne faut pas oublier quelque chose d'important : les contrastes ! Ce type d'accompagnement à la Joe Pass ne doit pas sonner systématique, c'est à dire avec toujours le même motif de comping par exemple. Voici un exemple de comping beaucoup trop répétitif et avec un rythme de comping joué trop fort.

Ab7 : peu de variations
Ab7 : peu de variations

Et maintenant la "bonne" version ?

Ab7 : plus de variations
Ab7 : plus de variations

Haaa ! C'est mieux, plus varié donc moins lassant.

Méthodes de travail

Travailler cette technique fait partie des exercices très difficiles à la guitare, vous avez dû vous en rendre compte en essayant les exercices de cette page. Un peu de méthode de travail nous fera donc beaucoup de bien ! Voici quelques idées d'exercices qui devraient faire de vous un Joe Pass Junior ou presque.

// Travailler très lentement des exercices simples sur 1 ou 2 mesures comme ceux proposés plus haut. En ayant un bon son, une technique qui vous apporte du confort et en respectant la tablature à la lettre.

// Entraînez-vous à improviser des lignes basses par dessus une loop qui contient des accords plaqués sur les temps. Vous vous habituerez à choisir les bonnes notes, avoir le bon son de basse et le bon drive. Inspirez-vous de vos contrebassistes préférés (conseils supplémentaires en fin de page).

// Faites tourner 1 seul accord (Dm7 sur So What par exemple) et essayez de tenir la pulsation et de faire du comping en même temps. Faites-le lentement bien sûr, et à chaque fois que vous vous "plantez", respirez 5 secondes puis... Repartez !

// Jouez les études proposées plus bas dans cette page en les apprenant par cœur et aussi en les analysant : quel est le rythme de comping utilisé ? Les notes de basse ? Les enrichissements par rapport aux accords affichés ?

// L'étape ultime : jouez un standard entier avec cette technique, quitte à travailler sur une version presque écrite et pendant plusieurs mois. C'est quand même la raison pour laquelle on a fait tous ces efforts, non ?

Comme je le dis souvent dans mes cours, le plus stimulant et d'avoir un but final clairement défini. L'idéal c'est donc de travailler cette technique dans le but d'accompagner un chanteur, un soliste. C'est ce que faisait Joe Pass avec Ella Fitzgerald, et Tuck Andress avec Patti Cathcart.

Deux études sur un standard : Equinox

Equinox : niveau intermédiaire
Equinox : niveau intermédiaire
Equinox : niveau avancé
Equinox : niveau avancé

Il est bon de rappeler que comme ce style est très difficile à jouer, la version dite "intermédiaire" est quand même assez difficile : n'espérez pas maîtriser ces études en un jour. Ça prend du temps, et c'est normal.

Aussi, sous ce format écrit je ne peux pas montrer toutes les astuces digitales qu'il y a : on va essayer de se libérer un maximum de doigts pour jouer facilement les accords, ou même choisir des doigtés qui nous permettront de jouer plus facilement l'accord qui vient après. Tout cela sera bien sûr abordé dans les futures vidéos à ce sujet.

Aller plus loin

Si vous souhaitez approfondir ce style de jeu, la première chose à faire est d'écouter des guitaristes qui accompagnent de cette manière : Joe Pass, Tuck Andress, Martin Taylor (et il y en a certainement de très nombreux autres, contactez-moi pour me les faire connaitre).

Ensuite, il y a une méthode que je trouve très bien faite et qui m'a énormément aidé à progresser et à comprendre ce style de jeu, c'est la méthode vidéo (et PDF) de Tuck Andress : "Fingerstyle mastery". L'approche pédagogique de Tuck est bien faite, il y a plein d'exemples filmés (et en partitions et tablatures) qui illustrent ses propos, et des exercices progressifs pour appliquer cette technique de jeu (et d'autres plus percussives et groove aussi).

Aussi, si vous souhaitez améliorer vos lignes de basse il faut en écouter et en repiquer. Et comme c''est très difficile à faire quand on n'est pas habitué, il existe des recueils de relevés, je pense notamment aux volumes 1, 3 et 15 de Jamey Aebersold dont les lignes de basse ont été relevées intégralement : "Rufus Reid bass lines" et "Ron Carter bass lines". Attention, c'est noté en partition et en clé de Fa. Il y a aussi la page Le jazz : la walking bass de mon site à ce sujet, mais mes lignes de basse ne valent pas celles de Ron Carter (malheureusement).

J'espère que cette page vous aura bien motivé à progresser dans ce domaine et cette technique. Pensez à me suivre sur Youtube et Facebook et à me faire un don si cette page vous a bien aidé. À vos guitares !
facebook twitter google plus mail imprimer

Haut de page

© 2009-2017
Creative Commons License
CGV
Dernière mise à jour : Vendredi 1er Sept. 2017