connexion

Les manières de composer

Comme vous vous en doutez, il existe plein de façons différentes de composer. Elles varient avec le style de la musique, la formation (guitare-voix, orchestre symphonique, quartet), l'humeur du compositeur, etcetera.

Je vais insister dès maintenant sur un point qu'on oublie souvent : composer un morceau, c'est créer une musique et essayer de faire passer quelque chose à l'auditeur. Ce peut être un sentiment, un message, une énergie. Ça peut aussi être pour le simple plaisir d'entendre des sons harmonieux ou dissonants. Ce qui est important c'est donc que quelque chose passe ou soit ressenti, quelque soit la manière dont on compose... et quand on compose pour la première fois, on n'y pense pas forcément.

La composition : vers l'infini et au-delà

Ce titre inspiré de la devise de "Buzz l'éclair" dans le film Toy Story est là pour dire que la composition est un sujet extrêmement vaste. C'est un sujet dont je ne dessinerai que les contours. Vous verrez que dans "les contours" il y a déjà beaucoup à apprendre, et que pour écrire une chanson de façon solide, structurée, mieux vaut la réfléchir et la mûrir. C'est un peu comme une dissertation en fait (vous écrivez fréquemment des dissertations, n'est-ce pas ?).

Buzz l'éclair
Buzz l'éclair

Ca c'est buzz l'éclair.

Les manières de composer seront illustrées pour différents ensembles musicaux. On commencera avec quelques principes généraux, puis on appliquera ces principes pour une formation guitare-voix, et enfin pour un quintet instrumental de type "guitare-héro".

Formations:

Principes généraux

Avoir une idée claire

Pour composer, mieux vaut partir avec une idée assez claire de ce que l'on veut faire passer.
Prenons un exemple : je veux faire une chanson qui fasse pleurer celui qui l'écoute parce qu'elle est triste. A la fin de la chanson, je veux que l'histoire se révèle être quelque chose de complètement stupide, et je veux que l'auditeur rie.

Ce peut aussi bien être simplement "je veux faire pleurer l'auditeur", "je veux le révolter contre quelque chose", "je veux le faire bouger", "je veux le faire rire", etc...

Oser

C'est difficile d'assumer ses compositions, surtout quand on débute. On a peur de l'avis que les auditeurs auront sur le morceau. Pour ça, il n'y a pas de secret : il faut prendre son courage à deux mains et foncer, en oubliant son égo.

Avoir les outils

Avoir de bons outils aide à composer. Vous pouvez utiliser un éditeur de partition (comme Guitar Pro ou TuxGuitar) ou bien un moyen d'enregistrement (un pédale de loop, un mini-studio, un microphone).

Chanson pour formation guitare-voix

J'ai une idée, d'accord, mais je fais quoi maintenant ?

Il y a plusieurs façons de commencer. On peut trouver une grille en premier lieu par exemple. On peut également trouver d'abord une mélodie qui plait, puis trouver une grille qui va bien avec (on dit qu'on "harmonise" la mélodie). Ce sont deux méthodes qui ont chacunes leurs avantages, mais pour commencer, mieux vaut partir avec la première.

1ère méthode : Écrire une grille en premier

Pour écrire une grille directement, ça n'est pas très difficile si on a compris la page Harmonisation de Do M (d'où l'intérêt de cette page !).

Écrire une grille

On choisi d'abord une tonalité, par exemple Ré majeur. Ensuite, on trouve les accords qui sont sur cette gamme, et on essaie de les agencer dans un ordre qui nous plait.

Voici des exemples d'enchainements d'accords qui sont courants. Les chiffres romains sont les degrés de la gamme.

IIIVI
IIVVI
IVIVI
IIVIV
IVIIVV
IIIIVV
IIIIIIV

Maintenant avec les accords de la tonalité de Ré majeur.

DEmAD
DGAD
DAGD
DGDA
DBmGA
DEmGA
DF#mEmA

La liste n'est pas exhaustive : libre à vous de trouver vos propres enchainements d'accords. Fiez-vous à votre oreille, et n'ayez pas peur des sonorités un peu "bizarres".

Écrire une mélodie

Maintenant que vous avez choisi la grille, faites-la tourner (jouez-la en boucle). Essayez de chanter des mélodies par dessus. Lorsque vous avez trouvé une mélodie intéressante, immortalisez-la (en l'écrivant ou en l'enregistrant).

Ça y est, vous avez votre première composition !

Laisser mûrir

Une fois que vous êtes arrivé à ce stade, ce qui est déjà une belle performance, laissez reposer votre composition quelques jours, n'y pensez plus du tout. Lorsque vous la ressortirez du placard, vos verrez tout de suite ses qualités et ses défauts !

2ème méthode : Écrire une mélodie en premier

Cette deuxième méthode est un peu plus risquée, mais elle permet plus facilement de sortir des sentiers battus. Si vous utilisez la première méthode, vous aurez un morceau solide, mais il sonnera peut-être trop "plat" ou pas assez "original" pour vous. La deuxième méthode vous permettra de trouver des couleurs plus originales.

Écrire une mélodie

Tout démarre par la mélodie. Pensez à une mélodie qui vous plait, une mélodie assez simple de préférence. Si vous chantonnez souvent, ça vous sera assez facile. Même si votre mélodie ne vous paraît pas extraordinaire, immortalisez-là, elle sera peut-être mise en valeur plus tard.

Écrire une grille

Maintenant, il va falloir écrire une grille à partir de la mélodie. Pas facile.

Si vous avez des notions en théorie, vous pourrez analyser votre mélodie est en déduire sa tonalité. Cependant l'intérêt de cette méthode est justement de s'affranchir d'une seule tonalité, et plutôt de penser "accord par accord".

A chaque mesure (par exemple), il va falloir jouer un accord. Cet accord devra contenir la ou les notes importantes chantées par la mélodie. Ça n'est pas obligatoire mais c'est préférable. La difficulté ici, c'est de déterminer quelles notes sont importantes dans la mélodie et lesquelles le sont moins. En général, les notes qui durent longtemps et qui commencent sur le premier temps des mesures sont des notes importantes.

Laisser maturer

De même que pour la première méthode, laissez reposer votre composition quelques jours avant de la réécouter.

Morceau pour formation "guitare-héro"

Voici les instruments qui composent une formation de type "guitare-héro".

La mélodie principale sera jouée par la guitare solo, les autres instruments ont un rôle d'accompagnement.

Pour composer un morceau pour cette formation, vous pouvez bien évidemment utiliser les 2 méthodes décrites précédemment, elles fonctionnent. Pensez cependant à ne pas chanter la mélodie, mais bien à la jouer à la guitare, puisqu'elle sera au final jouée par une guitare.

Nous expliciterons ici les méthodes de compositions qui sont crées par l'ajout de nouveaux instruments (par rapport à la formation guitare-voix).

1ère méthode : Écrire un riff de guitare

Votre morceau peut être basé sur un riff de guitare rythmique, comme c'est le cas par exemple pour le morceau "Smoke on the Water".

Jouez sur votre guitare jusqu'à trouver un riff intéressant. Forcez-vous à trouver un riff simple, basé sur quelques accords : il conditionnera la facilité que vous aurez à écrire le reste de la chanson.

2ème méthode : Écrire un riff de basse

Une composition peut aussi partir d'un riff de basse. Dans la funk par exemple, c'est assez courant. C'est par exemple le cas des morceaux Chameleon ou The Chicken.

Une tourne rythmique qui suit les accords

Pour cette méthode, mieux vaut avoir quelques connaissances en guitare basse. Vous pouvez par exemple trouver une tourne rythmique sur un accord, que vous modulerez sur les accords de la grille que vous écrirez ensuite. C'est le cas du morceau The Chicken.

Ligne de basse de The Chicken
Ligne de basse de The Chicken

Une tourne statique

Vous pouvez également faire un morceau entier sur un seul accord. Dans ce cas-là, la mélodie principale ressortira d'autant plus que la mélodie de basse est simple. Donc autant trouver une mélodie intéressante, riche. C'est le cas du morceau Chameleon.

Ligne de basse de Chameleon
Ligne de basse de Chameleon

Mettre du relief

Pour "faire vivre" un morceau, il faut lui mettre du relief.

Mettre du relief, ça veut dire faire varier les intensités. Par exemple avoir un couplet très calme, et un refrain plus fort. Mettre du relief, ça peut aussi vouloir dire mettre des silences. Dans certains morceaux, on n'a pas le temps de savourer la musique. Mettre une mesure de silence à la fin d'un refrain par exemple peut se révéler très efficace.

N'ayez pas peur des silences !

De la créativité, de l'audace, de la folie !

Laissez aller vos idées. Que vous soyez débutant ou pas, si vous avez une idée que vous voulez exploiter, faites-le ! C'est comme ça qu'on développe la créativité. Petit à petit vous apprendrez à connaître votre style de composition et à mieux maitriser cette créativité.

Haut de page

© 2009-2017
Creative Commons License
CGV
Dernière mise à jour : Samedi 4 Mars 2017